ProRAFP

Projet de « Renforcement de l’autonomisation des femmes fumeuses de poisson sur le littoral du Bénin » (ProRAFP)

Au Bénin et particulièrement dans les communes de Sème-Kpodji, Cotonou et Comè, le fumage de poissons est essentiellement pratiqué par les femmes de manière traditionnelle (des grillages posés sur des bacs métalliques) qui utilisent comme combustible du bois de mangrove, à défaut des fagots de bois et des déchets (cartons ondulés) récupérés dans les décharges de la ville. Les techniques de fumage de poisson utilisées ne présentent aucune sécurité et constitue un danger pour la santé des femmes. Au plan environnemental, au regard des combustibles utilisés, on note une grande pression sur la forêt et les mangroves (déforestation).

Dans le cadre de l’initiative OBJECTIF 2030 et sur appui financier de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD) organe subsidiaire de l’OIF, JVE-BENIN met en œuvre une phase pilote du Projet de « Renforcement de l’autonomisation des femmes fumeuses de poisson sur le littoral du Bénin » (ProRAFP) pour une période de 6 mois. Ce projet a pour objectif de contribuer à l’atteinte des ODD et de renforcer le pouvoir économique des femmes fumeuses de poisson par l’amélioration de leurs conditions de travail dans trois communes du Bénin longeant le Littoral (Seme-Podji, Cotonou et Come). Ceci grâce à l’introduction et la vulgarisation de fours améliorés parpaing relativement bien connu et apprécié par les opérateurs postcapture dans la sous-région et présentant de nombreux avantages économiques, sanitaires et environnementaux, et un rapport coût/bénéfice intéressant, bien qu’ils nécessitent un investissement de départ plus important que les technologies non améliorées.

Cette phase pilote du ProRAFP a pour ambition, d’ici décembre 2018, de construire cinq (5) fours améliorés « parpaings » sur les sites de fumage identifiés, de former 30 jeunes artisans locaux à la construction de ces fours, de sensibiliser et former 120 femmes fumeuses de poisson à l’utilisation des fours parpaings et enfin de mettre en place une plantation communautaire d’Acacia Auriculoformis.