Shared Resources Joint Solutions (SRJS)

Programme Shared Resources, Joint Solutions (Ressources Partagées, Solutions Communes)

Le programme Shared Resources, Joint Solutions (SRJS), c.-à-d. « Ressources Partagées, Solutions Communes », est un programme de coopération élaboré avec l’appui du ministère néerlandais des Affaires Etrangères pour la période 2016-2020. Ce programme est un partenariat entre IUCN NL, WWF Pays Bas et le Ministère des Affaires Etrangères des Pays Bas. Il met l'accent sur le rôle des Organisations de la Société Civile (OSC) en matière de sauvegarde de Biens Publics Mondiaux (BPM) dont dépendent les écosystèmes : l'eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience aux changements climatiques. Le programme a pour objectif de transformer, par le biais du plaidoyer, les politiques et pratiques défavorables à la sauvegarde des BPM au niveau de paysages sélectionnés en politiques et pratiques favorables. Il intervient dans 16 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, dont le Bénin et implique plus 50 OSC partenaires. Sa conception et son élaboration reposent sur la théorie de changement.
Au Bénin, le programme est mis en œuvre au niveau de deux paysages constitués par les deltas des fleuves Ouémé et Mono afin de sécuriser les BPM dépendant de ces écosystèmes. La vision du programme à l’horizon 2030 est déclinée au niveau national et au niveau des deux paysages.
Au niveau national, la vision choisie est : à l’horizon 2030, les acteurs au niveau national et local ont pleinement conscience de leurs impacts sur les écosystèmes, œuvrent au plan politique, stratégique et opérationnel pour une gestion durable des écosystèmes afin qu’ils fournissent de façon optimale les services nécessaires aux BPM.
Pour l’Ouémé, la vision retenue est la suivante : les Communes riveraines du bassin versant de l’Ouémé ont adopté et respectent un cadre formel et une réglementation de protection pour tirer meilleur profit des différents services éco systémiques. Elles ont alors intégré cette protection dans la planification communale de l’utilisation des terres et des eaux.
Et pour le Mono, la vision est formulée ainsi : Le Delta du Mono offre un paysage favorable à la subsistance des populations, à la maitrise des catastrophes naturelles et à la gestion durable des ressources naturelles par une bonne affectation et utilisation des terres, y compris un réseau de réserves, visant une autosuffisance alimentaire.
JVE-BENIN participe au programme dans le bassin du Mono en couvrant les communes de Athiémé, Djakotomey et Aplahoué. Notre objectif de transformer, par le biais du plaidoyer, les politiques et pratiques défavorables à la sauvegarde des BPM en politiques et pratiques favorables.
Au nombre des activités planifiées en 2018, nous avons :
- l’élaboration et la mise en œuvre d’une campagne de mobilisation et d’information des OSC et des populations, afin d’accroître leur influence dans les processus d’élaboration des nouveaux Plans de Développement Communaux (PDC3) et les Schémas Directeurs d’Aménagements Communaux (SDAC).
- l’information et la sensibilisation des élus locaux sur la valeur des écosystèmes liés à l’eau (fleuve mono) et les forêts pour leur prise en compte dans les PDC et SDAC les communautés et les OSC sont mieux impliquées dans le développement des plans communaux de développement (PDC)
- la formation sur le droit pratique, les acteurs suivants : chargés de planification et environnement, polices environnementales, services juridiques et des journalistes des radios communautaires
- le plaidoyer pour l'opérationnalisation de l'ABM : renforcement de capacité des membres du forum des parties prenantes et des populations affectées par le barrage adjarala.
- le suivi des engagements de la Communauté Electrique du Bénin (CEB) dans le Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES) des effets et impacts du barrage sur la RBT.
Quelques réalisations Prospection dans le Mono sur les sites de construction du barrage adjarala et d’extraction de sable et de gravier dans les départements du Mono et du Couffo. Au nombre des enjeux et sujets d’intérêt qui méritent des actions de plaidoyer et de lobbying pour le programme SRJS figurent les situations au niveau du projet « barrage adjarala » et les sites d’extraction de sable et de gravier dans les départements du Mono et du Couffo. C’est donc, en se basant sur nos huit (8) années d’expériences et de travail dans le bassin du Mono sur les champs de la GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau) et AN (Approche Négociée, promue par Both ENDS), que JVE-BENIN dans le cadre du programme SRJS s’est vu confié les plaidoyers autour de ces thématiques.
Tournée de prise de contact avec les autorités communales (Maires, CSDL et CPC) des communes de Aplahoué, Athimé et Djakotomè. L’objectif est de nous imprégner des questions de développement, du niveau d’exécution des PDC actuels et SDAC afin de planifier nos futures interventions dans ces localités. A l’issu de cette tournée riche en informations, nous retenons que les communes visitées ont déjà élaboré et faire valider leur PDC 3 (plus de détail sur cette tournée dans le rapport en annexe). Quelques images de la visite de terrain et d’échanges avec les communautés affectées par le barrage de Adjaralla
 
Formation des acteurs publics et privés en droits pratiques environnementaux pour une bonne gouvernance des carrières, des plans d’eau et forêts dans les communes de Djakotomey, Athiémé, Aplahoué. Organiser les 5 et 6 juillet 2018, cette formation vise à renforcer les connaissances d’une quarantaine de participants sur les dispositifs d’application des textes de lois citées plus haut pour une bonne gouvernance des carrières et des écosystèmes naturels. Trois principales lois ont focalisé nos attentions au cours de cette formation. Il s’agit de la loi n°2006-17 portant code minier et fiscalités minières, la loi n°2014-19 du 7 Août 2014 relative à la pêche et à l’aquaculture et les lois 93-009 du 02 Juillet 1993 portant Régime des Forêts et 2002-16 du 18 octobre 2004 Portant Régime de la Faune en République du Bénin. Les agents assermentés, le corps judiciaire, les autorités communales et préfectorales, les associations d’exploitants des ressources minières ainsi que les responsables d’hôtels présents à cet atelier maitrisent parfaitement les mécanismes opérationnels d’application des textes de lois portant sur le code minier, foncier, la faune et la flore dans le paysage du Mono– Couffo. Ils ont pris de nouvelles mesures efficaces pour assurer une bonne exploitation et protection des ressources. Les OSC sont prêtes et s’engagent à jouer leur rôle de veille et de sensibilisation des populations et des décideurs sur la protection des Biens Publics Mondiaux par les textes de lois. La Direction départementale des Mines devra multiplier sa descente sur le terrain pour les contrôles. Les agents assermentés se sont engagés à effectuer des descentes sur le terrain pour les patrouilles et surtout opérationnaliser un système de renseignement performant afin d’anticiper les cas de destruction des ressources naturelles. Quelques images de la visite de terrain et d’échanges avec les communautés affectées par le barrage de Adjaralla
Formation des OSC sur les outils et méthodes d’Etude d’Impact sur l’Environnement Cette formation, la deuxième du genre est une activité de la coordination de SRJS au Bénin. Elle est organisée en collaboration avec l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) et la Commission Néerlandaise sur les Etudes Environnementales (CNEE). Elle a réuni une quarantaine d’organisation du 26 au 2 2018 au chant d’oiseau de Cotonou. Cet atelier a connu la participation du DG ABE, DG ADELAC, Omi-Delta, ABPEE, le PAC, des ONG du programme SRJS et de la Coalition Verte. Cette activité intervient dans un contexte ou plusieurs projets / programmes sont exécutés sans une EIE/EES, et ou les ONG spécialisées sont très peu impliquées. Il était donc nécessaire d'offrir un cadre d’échanges et de partages des expériences sur l’application d’évaluation environnementale stratégique (EES) et étude d’impact sur l’environnement (EIE) afin de renforcer les capacités des ONG béninoises spécialisées dans la protection de l’environnement. Les recommandations issues de cet atelier permettront d’élaborer une feuille de route pour la suite.